Comment la « raison d’être » transforme l’entreprise en institution morale

L’article 169 de la loi PACTE, adoptée le 22 mai 2019, autorise les entreprises qui le souhaitent à inclure dans leurs statuts une « raison d’être »1. Cette dernière se présente comme LE sujet de communication corporate de la décennie à venir. C’est aussi le sujet qui occupe ma thèse de doctorat, au sein d’une agence de conseil stratégique qui en a fait son expertise de prédilection et dans laquelle je me suis infiltré·e grâce au dispositif CIFRE.

Au-delà de la présentation de leurs activités, la raison d’être invite les entreprises à donner un sens à ce qu’elles font, en formulant leur contribution à la société. Or, le problème, ce n’est pas seulement que cela permet à l’entreprise de se substituer à l’État. Ce n’est pas seulement qu’elles ont là une occasion rêvée d’investir de nouveaux discours et, avec, de nouveaux marchés. Quoique tout cela est déjà bien suffisant pour que l’on s’inquiète… Le problème, c’est qu’avec la raison d’être, l’entreprise n’est plus seulement une institution économique et politique ; elle s’érige également en institution morale.

La « raison d’être » comme discours épidictique

La raison d’être ne se limite pas, en effet, à la phrase inscrite par l’entreprise dans ses statuts. Elle trouve un écho dans l’ensemble de ses textes corporate2. Tout, dans le propos de l’entreprise, doit justifier, prouver, alimenter la raison d’être dont elle s’est dotée. Si, hier, la communication corporate justifiait de l’utilité, de l’attractivité et de l’efficacité des services l’entreprise, aujourd’hui, il les projette dans un horizon idéologique. En justifiant ses activités par le « but » qu’elle poursuit, l’entreprise développe tout un discours sur sa « vision » du monde. Une vision de ce qui est bien. Ce qui est juste. Ce qui va répondre aux besoins du plus grand nombre. Bref : un discours qui définit une axiologie.

Cette axiologie n’est pas innocente ; elle a vocation — les éditoriaux dans la presse professionnelle le répètent bien assez — à constituer un guide stratégique et une culture commune. Pour les équipes en interne, c’est bien plus qu’une feuille de route : c’est une philosophie d’agir que chacun·e doit intérioriser pour la mettre en oeuvre dans ses activités au quotidien. À l’opinion publique, la raison d’être impose d’opter pour des alternatives « durables » et/ou « engagées » (on ne sait pas pour quoi, mais « engagées »). Ce faisant, elle fait reposer les responsabilités de l’entreprise sur le choix des individus ; procédé efficace pour, ensuite, faire accepter toute sorte de réalités socio-politiques… D’ailleurs, pour les acteur·ice·s public·que·s (élu·e·s de tout type, États, collectivités, …), ces discours sont des réservoirs d’arguments préconçus pour justifier la délégation progressive des services d’intérêt général au privé.

C’est, en résumé, un pas de plus dans l’hégémonie culturelle du néolibéralisme, qui redéfinit en profondeur notre rapport au monde à travers des impératifs philosophiques présentés comme des évidences. Ajoutons à cela l’impossibilité de la contradiction, inhérente à la nature des arguments, et vous avez obtenez un discours qui vient structurer nos imaginaires, accepté comme vrai, intégré comme modèle cognitif. Mais pourquoi ne peut-on pas questionner ces discours ? Quels sont les mécanismes qui les immunisent de tout regard critique ?

L’organisation linguistique de l’institution-entreprise

L’autorité des textes corporate repose principalement sur deux faits linguistiques qui, enchâssés, donne à ces écrits leur caractère moral. Sans entrer dans le détail de la syntaxe ou de la sémantique, expliquons-en le fonctionnement logique. Premier rouage : traiter les activités de l’entreprise comme relevant d’un devoir. Un devoir dépend d’une instance tenue pour légale. Un devoir soumet ses sujets. Une devoir n’est pas un choix. Or, dans ses textes corporate, l’entreprise s’approprient les obligations juridiques qui lui incombent et les inscrit sous une nouvelle tutelle, celle de son propre pouvoir ; entendre : son rôle d’expert dans son secteur lui impose des responsabilités que seule son expertise peut embrasser. Elle transforme, ainsi, l’impuissance de l’entreprise en prestige paternaliste. Ce mécanisme est accentué par les mots qui rythment ces textes, comme une mystique : mission, vocation.

Second rouage linguistique : exprimer sa volonté de remplir ledit devoir. En découle deux conséquences. D’abord, cela rend le propos nécessairement vrai, toujours vrai. Impossible, en effet, de contredire l’expression d’une volonté, d’une subjectivité3. En outre, parler d’ambition plutôt que des faits, c’est inscrire les résultats dans le futur — qui ne vient jamais et qui n’a pas besoin d’advenir — exonérant ainsi l’entreprise de résultats au présent. Ensuite, parce que l’expression de la volonté englobe toujours l’expression du devoir, en cela qu’elle se dit prête à assumer ses responsabilités, l’entreprise se décrit comme louable, estimable.

Cet enchâssement est emballé dans des formes qui feignent l’objectivité : présent de la vérité générale, dépersonnalisation du propos, absence de connecteurs et d’emphase. En mélangeant l’énonciation de l’évidence rationnelle à celles de la norme (devoir) et de la subjectivité (volonté), l’entreprise brouille les pistes de l’énonciation et s’érige en institution de la pensée. La vision qu’elle exprime est à la fois sienne, vraie, et référence collective.

Déserter pour résister

Si on ne peut pas s’opposer à ce qu’avancent ces discours, il nous est possible de suivre leur exemple et d’effectuer, nous aussi, un pas de côté : interroger les résultats, les actes, refuser les promesses et les notes d’intention. Pour se libérer de la mystification de ce futur jamais présent, faire le point sur le passé, exiger des comptes. À leur constant appel à se mobiliser pour leur hégémonie culturelle, mener le combat là où iels ne l’attendent pas : sur le terrain de la morale. 

Crédits photographiques : Tingey Injury Law Firm

Notes

1 Il modifie l’article 1835 du code civil comme suit : « Les statuts doivent être établis par écrit. Ils déterminent, outre les apports de chaque associé, la forme, l’objet, l’appellation, le siège social, le capital social, la durée de la société et les modalités de son fonctionnement. Les statuts peuvent préciser une raison d’être, constituée des principes dont la société se dote et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité. »

2 Ce sont les textes « premiers » de l’entreprise, qui définissent son identité, ses valeurs, ses engagements, … Ils sont la source dans laquelle tous les autres écrits de l’entreprise (du marketing au lobby, des supports de communication externes aux powerpoint des réunions internes) puisent pour s’inscrire dans une vision commune.

3 On notera que c’est, sans surprise, le principe qui sous-tend la communication non-violente, particulièrement utilisée dans le management.



Citer ce billet
linginsitu (2020, 15 mai). Comment la « raison d’être » transforme l’entreprise en institution morale. Linguistique in situ. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qwl6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search